Posted in 10 Sonances

J11 – Au rythme des chameaux d’Orient…

J11 – Au rythme des chameaux d’Orient… Posted on 28 mars 20201 Comment

Dispensés jusqu’alors de solfège, vous nous pardonnerez la très légère liberté théorique que nous nous permettrons aujourd’hui. Nous espérons que cette leçon relancera les conversations de vos dîners de famille, qui doivent certainement faire des ronds dans l’eau depuis quelques jours. En guise d’introduction, et pour vous donner du courage, voici notre cher et tendre Patrick Bruel, au sommet de sa splendeur:

L’être humain est si bien conçu: seules quelques secondes d’écoute d’une musique dite “Arabe”, suffisent à nous transporter, à dos de chameau, dans les déserts de sable du Sahara, tandis que fond soudain sur notre palais, un hummus frais, onctueux et citronné. Afin de comprendre la raison pour laquelle ces sonorités orientales nous sont si facilement reconnaissables, 10 Sonances vous propose de revenir sur trois points du solfège, et d’expliquer leur spécificité dans la musique Arabe.

Rentrons tout de suite dans le vif du sujet et commençons pour cela par le plus essentiel des sujets: celui des gammes. Rappelons tout d’abord qu’une gamme correspond à une suite de huit notes suivant des intervalles déterminés (que l’on appelle des “tons”). Voici un exemple de gamme, généralement employée en Europe, et qui vous permettra de mieux saisir ces propos:

À noter que la première et la dernière note sont identiques: elles se différencient seulement par leur hauteur (la première est grave, la dernière est aiguë).
Pas d’affolement, la partie la plus compliquée est derrière vous. Considérant ces données, intéressons nous donc à la particularité des gammes arabisantes. Leur particularité tient à la structure des intervalles, qui suit une logique complètement différente des nôtres. En effet, tandis qu’en Europe les intervalles de tons sont réguliers (cf la gamme majeure plus haut), les gammes de la musique Arabe sont quant à elles relativement asymétriques. La plus connue d’entre elles, la gamme Rast (correspondant également au nom de la première note de la gamme), se traduit ainsi de la manière suivante:

Oud turque


Sans rentrer dans les détails, il est possible de comprendre que certaines notes de la gamme Rast peuvent être jouées par nos instruments occidentaux en ce qu’elles correspondent aux mêmes intervalles de tons que nos gammes: pour jouer les autres notes, vous aurez besoin d’investir dans un instrument Arabe. Si vous souhaitez aller plus loin et vous amusez à analyser les différentes configurations de gammes possibles, voici un site qui pourra assouvir votre curiosité.

Le deuxième principe de la musique Arabe réside dans la place accordée à la mélodie. Pour faire simple, il n’est possible de jouer au maximum que deux notes de manière simultanée, et les accords (qui se composent d’au minimum trois notes) sont proscrits. D’ailleurs, si les accords sont aussi présents en Occident, c’est en raison de la régularité des intervalles de nos gammes (les notes à intervalles proportionnels sont cumulables). S’il vous arrive d’entendre deux notes jouées ensemble, il s’agira probablement de la même note jouée à des hauteurs différentes. Histoire de souffler, voici un petite interlude musicale:

Laissons nous emporter par les magnifiques paysages des vidéos du groupe Anna RF, formé dans un minuscule village du désert appelé « Shaharut » en Israël.

Enfin, si les musiques orientales vous donnent parfois la sensation de voyager à dos de chameau, c’est sans doute en raison de leur rythmique, qui permettait anciennement de cadencer le pas de ces bêtes au poil camel sur les routes des caravanes. En outre, il est important de comprendre que le rythme des musiques orientales trouve son origine dans la poésie Arabe, dont la dynamique est déterminée par la longueur des voyelles: une voyelle longue correspond à deux fois une voyelle courte. En schématisant la première par une noire et la seconde par une croche, on aboutit alors à une partition entièrement composée de noires (un temps) et de croches (un demi temps), expliquant cet effet si particulier à l’écoute d’un morceau:

Michal Elia Kamal (israélienne d’origine iranienne), du groupe Light In Babylon, nous livre une performance de djembé particulièrement impressionnante.

Pour autant, comme vous le constaterez de vos propres petites oreilles, bien que l’ensemble de ces éléments participent à la création d’une musique dites “Arabe”, il ne faut pas croire que la création musicale orientale se limite à ces trois points. Bien au contraire, il existe une diversité très riche de sonorités, liée à l’influence d’autres genres musicaux. Parmi ces derniers, le jazz occupe une place prépondérante.

En raison de son faible esprit de synthèse, 10 Sonances se transforme ce soir en 15 Sonances. De quoi vous donner le temps de préparer un authentique humus et détourner la conversation de ces abominables histoires de gammes. Pour ne pas vous perdre, nous avons découpé la playlist en quatre catégories, plus ou moins fiables. Très bon voyage!

Dans la catégorie Jazz Oriental:

1 – Ibrahim Maalouf – Hashish: cet artiste-compositeur libanais est le seul à pratiquer de la trompette « microtonale »(qui joue les quart de tons), un instrument inventé par son père dans les années 60.

2 – Basel Rajoub – Gypsy home: chanteur et saxophoniste syrien, Basel nous enfonce avec douceur dans ses sables mouvants.

3 – Lynn Adib – Chi Chi: on pourrait croire à un jazz tout à fait classique au sens occidental, mais prêtez l’oreille, car avec Lynn Adib, il est question de subtilité.

4 – Marcel Khalife – Caress: difficile de parler du Jazz Oriental sans faire allusion à ce chanteur libanais, considéré comme palestinien en Palestine, et pratiquant avec génie l’oude.

5 – Avishai Cohen – Aurora: si vous appréciez la contrebasse, les solos de contrebasse de cet incroyable contre-bassiste-compositeur israélien sauront vous combler.

Dans la catégorie Electro-Pop-Rock Oriental:

6 – Tinariwen (+IO:I) – Nànnuflày: si vous avez apprécié le morceau de ce groupe touareg, vous apprécierez tout autant les graphismes du clip vidéo qui l’accompagne: https://www.youtube.com/watch?v=H1YIgwPsX5Q

7 – Altın Gün – Goca Dünya: ayant rencontré un succès monstre ces dernières années, ce groupe propose un mix original entre rock occidental et musique traditionnelle turque.

8 – Bab El West – Ha Menina: né d’un métissage entre la Bretagne et le Maroc, ce groupe folklore saura vous communiquer sa bonne humeur.

9 – Mashrou’ Leila – Kalaam (s/he): « kalaam », ça signifie « lui » et « elle » à la fois. C’est avec une grande sensibilité que ce groupe de rock alternatif libanais aborde des sujets de controverse du monde arabe.

10 – Anissá Bensalah – Nejma: sélectionnée pour le prix des Musiques d’ICI, nul ne peut rester insensible à la voix de cette artiste algéro-brésilienne 

11 – Rachid Taha – Écoute-moi camarade: malheureusement décédé aux Lilas il y a deux ans, cet artiste algérien constituera votre meilleur allié en cas de chute du moral.

Dans la catégorie techno/Ambiant techno arabe:

11 – Nu – Man O To: même les plus allergiques aux sons électroniques d’entre vous ne pourront que savourer ce doux morceaux, inspiré des paroles du poète Djalâl ad-Dîn Rûmî.

12 – Shkoon – Ala Moj Al Bahr (JAVID Remix): dix minutes de voyage dans l’univers de Shkoon, ça vaut le coup.

13 – Be Svendsen – Nabia: sans nul doute l’une des plus intéressantes découvertes de 10 Sonances cette semaine. A suivre de près.

14 – Thylacine – Anatolia: Thylacine, c’est l’artiste un peu agaçant qui travaille ses musiques dans le Transsibérien en Russie, Argentine, à bord d’une caravane. Après on l’aime bien hein.

15 – Acid Arab – Ejma: considéré comme le pionnier de la musique électronique arabe, ce groupe français est un incontournable pour quiconque s’intéresse à la musique orientale du 21ème siècle.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *